Deuxième mi-temps pour les journées de la non-violence

177

Depuis de nombreuses années maintenant le mois de mai s’accorde avec les journées de la non-violence organisées par le Service des Sports de la Ville de Beausoleil. Le coup d’envoi à été donné lundi dernier autour du match de la solidarité, entre les U17 nationaux de l’A.S. Monaco et l’O.G.C. Nice.

Véritables journées de sensibilisations destinées aux enfants des écoles primaires de la ville, ces derniers ont pu participer à de nombreux ateliers ayant tous pour thème commun le “vivre ensemble”. Du lundi 17 au mardi 18 mai, les élèves se sont relayés par école, afin de respecter le protocole sanitaire, sur les ateliers de jeux de coopération, de yoga et de théâtre pour l’adaptation du livre de M. Jean-Pierre Faye, conférencier à l’honneur de cette édition 2021.
Mention spéciale également pour l’atelier d’éveil à la citoyenneté, sur la place de la Libération : qu’est-ce que la Ville, quel est le rôle du maire, comment la gestion locale s’articule avec l’échelon national ? Tout autant de questions fondamentales auxquelles M. le premier adjoint Gérard Destefanis répondra.

Point d’orgue de cette journée pour les élèves, les conférences de M. Jean-Pierre Faye, ancien directeur “Sport et Territoires” du Comité National Olympique et Sportif Français, actuel président de l’association Sport Culture 21ème, auteur et essayiste sur le sport comme vecteur d’éducation et créateur de lien social. M. Faye abordera la question du “vivre ensemble” notamment par le biais des pratiques sportives et culturelles. Il exposera de manière ludique la façon dont un certain nombre d’enfants ont pu construire une forme de “vivre ensemble” particulière et à l’opposé de toute violence.

Crise sanitaire oblige, le Service des Sports a légèrement modifié le format de l’évènement : absence de brassage des classes, désinfection des mains de chaque élève et du matériel en début et en fin d’atelier, conférence pour chaque école dans l’enceinte de l’établissement et finalement, un évènement sur deux journées.

“Malheureusement nous n’avons pas pu organiser l’édition 2020 de ces journées de la non-violence, il était donc hors de question de faire l’impasse cette année. Je pense qu’il est du devoir d’un maire d’amener ses plus jeunes concitoyens à l’éveil de la citoyenneté, en complément des cours d’enseignement moral et civique. Il ne s’agit pas de les former à une opinion, bien au contraire, le but est de leur donner les moyens de construire leur futur rôle de citoyen, à leur image !” Nous précise M. le Maire Gérard Spinelli, venu assister aux premiers ateliers du matin.