Victimes de la tempête Alex et attentats : le discours du maire

40

Au cours du dernier conseil municipal qui s’est tenu le jeudi 12 novembre, les élus ont eu une pensée émue pour les victimes de la tempête Alex qui a frappé durement la vallée de la Roya. Une minute de silence a également été observée en hommage à Samuel Patty et aux victimes des attentats de Nice. Retour sur le discours du maire. 

“Mesdames et Messieurs, Cher(es) collègues, 

Avant que de débuter ce Conseil Municipal, je souhaiterais que nous nous posions un instant au regard des évènements funestes qui ont frappé notre pays et plus particulièrement notre région dans les quelques semaines écoulées. Tout d’abord au début du mois d’octobre, le département des Alpes-Maritimes a connu la tempête Alex qui a durement frappé l’est de notre département et en particulier nos vallées et notoirement la vallée de la Roya. 

Je souhaite que nous ayons une pensée ce soir en direction des populations qui ont été touchées dans leur chair, dans leur âme ainsi que des services de secours, pompiers comme gendarmerie qui ont été mobilisés de manière remarquable et qui eux aussi ont connu de nombreuses blessures. 

D’autre part, notre République a été atteinte dans ces moments de troubles. L’institution qu’est l’Education Nationale a été durement frappée. Je souhaiterais que nous ayons une pensée à l’attention de Samuel PATY et plus largement de l’ensemble des enseignants qui contribuent quotidiennement à rendre concret pour nos enfants les valeurs républicaines de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Enfin, la basilique Notre Dame de Nice a été également le théâtre, comme vous le savez, d’un odieux attentat qui a ému l’ensemble de la nation. 

Je vous propose de nous associer par une minute de recueillement aux proches, de ces victimes de l’intolérance. C’est justement dans ces moments où parfois l’on voit poindre le ferment de la division qu’il nous appartient tous, chacun à notre mesure, de faire oeuvre de fraternité, pour que nous nous montrions unis devant ces situations. 

Mesdames et Messieurs, chers collègues, je vous propose d’observer une minute de silence. “Gérard Spinelli