Rencontre avec Marc Terrosi, Président de la section locale de l’Union Nationale des Combattants.

66

Né à Sienne, il grandit à Beausoleil où il arrive à l’âge de 4 ans. Alors qu’il choisit à sa majorité la nationalité française, il fait son armée dans les Chasseurs Alpins de Nice. Aujourd’hui retraité, il a travaillé toute sa vie dans la sécurité à Monaco. Son engagement patriotique, nait de son amitié avec Alain Poggi, un ami de plus de 40 ans. A ses côtés, il devient l’une des figures sur le territoire de la Mémoire. Marié, il a transmis à son fils, lui aussi engagé dans l’action patriotique, la flamme de ses convictions. Homme ouvert et affable, Marc Terrosi, aime la France… pas uniquement sous les drapeaux. Il fait également partie de l’équipe de France de pêche ! Rencontre avec un patriote engagé…

Depuis quand date votre engagement patriotique ?
Depuis 2004. Alain Poggi m’a demandé de faire partie du bureau avec lui.

Pour vous, qu’est-ce que le patriotisme ?
Un engagement total pour son pays, une fierté pour son pays. C’est aussi la transmission de ces valeurs aux nouvelles générations, pour que le devoir de Mémoire perdure.

Quels sont les projets de votre nouvelle présidence ?
Deux projets initiés avec Alain Poggi pour 2018 : Refaire une cérémonie hommage sur le plateau de La Ceva (Fontan) au monument commémorant le « crash » du B24 Liberator « Dallas Lady », intervenu le 12 septembre 1944 qui coûta la vie à 11 aviateurs américains ; et organiser un voyage à Verdun pour le Centenaire de 14-18 avec une trentaine d’enfants des écoles de Beausoleil. Toujours pour 2018, il y aura LES cérémonies du Centenaire de de Verdun 11/11/18 et du Centenaire de la naissance de l’UNC le 18/11/18.

Comment, selon vous, peut-on intéresser les jeunes générations à l’univers patriotique ?
C’est très difficile. Les anciens combattants sont forcément de trop anciennes générations et les militaires en opérations extérieures sont eux sur le terrain.
Mais nous faisons vivre le Foyer du Poilu, en accueillant les écoles. Nous organisons des visites autour d’expositions. J’aimerai faire venir davantage les jeunes au Foyer du Poilu. La transmission est une chose essentielle, c’est un volet prioritaire de notre action. En établissant des rencontres constructives entre les responsables de l’Education Nationale et ceux des différentes associations patriotiques, et à un autre niveau entre les écoliers et leurs professeurs avec ces même associations.

Que changeriez-vous aux cérémonies de Beausoleil ?
Rien. Elles sont particulièrement bien organisées.