françois, pierre et adrienne rocchesani  (collection privée mongay-rocchesani-labiau)

 

Pour ceux qui connaissent un peu l’histoire de Beausoleil, le nom de Rocchesani n’est pas totalement inconnu : en effet, François Rocchesani compte parmi les maires de notre ville dont il dirige les destinées de 1935 à 1941, date à laquelle le conseil municipal qu’il préside est dissout, sur ordre du gouvernement de Vichy. La famille Rocchesani, originaire de Corse, est domiciliée avenue Saint Roman, « Villa André » (aujourd’hui avenue Delphine).

C’est donc une collection particulièrement intéressante qui nous est parvenue, il y a peu, grâce à Mme Evelyne Mongay – Rocchesani et Mme Muriel Labiau qui ont su conserver et mettre à disposition les archives familiales, en particulier, le journal de guerre de Pierre Rocchesani et le très riche album photo d’Adrienne Asso, née Rocchesani, infirmière major à l’hôtel Alhambra de Nice Cimiez.

Grâce à ces documents, nous découvrons le parcours des trois frères et sœur Rocchesani, François, Pierre et Marie dit Adrienne, tous acteurs du premier conflit mondial.

 

François Rocchesani nait le 6 juillet 1875 à Corte et meurt en février 1954 à Guagno-les-Bains (Corse). Outre sa fonction élective dont nous avons parlée, il est directeur des services intérieurs de la SBM. Grand sportif, il est membre de la Société des Régates de Monaco au sein de laquelle il excelle et développe la section aviron. Sa qualité de rameur d’exception lui vaut une belle carrière internationale.

Mobilisé, avec son frère Pierre et sa sœur Adrienne, dès août 1914, il intègre l’administration militaire et reçoit la Médaille Nichan Iftikhar, ordre honorifique tunisien.

Pierre Rocchesani nait le 8 mai 1889 à Monaco et décède le 20 mars 1951 à Beausoleil. Croupier au Casino de Chatel puis au Casino de Monte-Carlo, il affiche un brillant palmarès sportif et devient champion d’Europe d’aviron, au poste de barreur.

Acteur de la Grande Guerre, il participe à de nombreuses batailles dans les Vosges et en Meurthe et Moselle. Il tient un journal de campagne du 1er août 1914 à janvier 1915, date de sa démobilisation, et qui commence en ces termes :

« Au cas où je viendrais à tomber sur le champ de bataille, la personne qui trouvera ce cahier me rendra un signalé service ainsi qu’aux miens en le faisant parvenir à cette adresse. C’est ma dernière volonté.

Mme Vve Rocchesani, (Mère de François, Adrienne et Pierre)

Villa le Marabout, Bd de l’Ouest, Principauté Monaco »

 

En janvier 1915, il est gazé et perd un poumon. Il sera, après guerre, membre de la section beausoleilloise de la Fédération Nationale des Blessés du Poumon et Chirurgicaux.

Adrienne Agliani-Asso nait Rocchesani à Corte, le 27 décembre 1879 et décède à Nice, le 5 janvier 1972. Infirmière à l’hôpital Saint Roch, à Nice, elle est membre fondateur de la Goutte de lait.

En 1914, elle devient Infirmière Major au sein de l’Hôtel Alhambra de Cimiez à Nice, transformé en hôpital militaire. De nombreux courriers de remerciements de soldats et de leurs familles lui sont adressés dont certains « A la chère petite maman Asso ». Ce dévouement lui vaut d’être nommée présidente d’honneur du Souvenir Français.